2008

Posted: 17 mai 2016
Category: Concentrations








 


9ème édition - 2008
Dimanche 18 mai 2008


Le moral n’était pas vraiment au « beau fixe » chez les organisateurs de cette édition 2008 de la Grande Fête du Cabriolet et de la Voiture Ancienne alors que les oracles les plus optimistes de Météo France, depuis le début de la semaine précédant l’événement, prédisaient l’arrivée d’une forte dégradation sur ce coin du Dauphiné qui traditionnellement, à la même époque, voit converger vers la station thermale d’URIAGE plusieurs centaines de véhicules anciens pour participer à ce grand rassemblement annuel des passionnés de belle mécanique.


Après une assez longue période de soleil omniprésent et de température estivale, de lourds nuages chargés de pluie firent leur apparition et peu à peu, la veille de la manifestation, un véritable déluge s’abattit sur le parc, au risque de le transformer en bourbier impraticable le jour venu…Mais il n'en fut rien et dame météo nous gratifia d'une journée clémente et ensoleillée l'après-midi.


Nous attendions 600 voitures en ce dimanche 18 Mai…. Un peu plus de 500 équipages ont répondu présent… les caprices du temps ayant dissuadé bon nombre de collectionneurs soucieux de ne pas souiller leurs belles carrosseries… C’est bien légitime et nous ne nous en offusquons pas…


        














 








Quand la qualité l'emporte sur la quantité


Il est bien connu que le nombre de voitures a peu d’influence sur la qualité du plateau et cette année, la qualité était bien au rendez-vous.


        


Bien sûr, les fidèles participants sont arrivés dès « l’ouverture des portes » du parc. Essentiellement originaires du département, pour rien au monde ils ne manqueraient cet événement, qui peu à peu, devient « leur » manifestation. Lire les commentaires des visiteurs et participants


Les Balcons de Belledonne


Le parc fermé de la randonnée sur les « Balcons de Belledonne », dès 9 heures, accueillait les premiers amateurs de balade matinale qui, quelques minutes plus tard, allaient devoir déchiffrer les hiéroglyphes d’un parcours « fléché métré » et suivre le tracé cartographique dessiné dans le road book aux multiples changements de direction, parfois bien dissimulés…


2 cabriolets italiens se distinguèrent dans cette épreuve, où toute notion de vitesse était exclue. Seul un sens aiguisé de l’observation permettait de faire un « sans faute » et c’est bien ce que Jacques VEAUX et son coéquipier Guy FOURREAU, à bord d’un cabriolet FIAT 124 ainsi qu’un équipage féminin Lyonnais, Gwenaëlle MENTZER et Stéphanie CANTIN (Alfa Roméo Giulietta de 1961) ont su mettre en œuvre pour tirer leur épingle du jeu et « monter sur le podium ».


Là encore, les incertitudes de la météo eurent un retentissement sur la participation habituelle, puisque seulement une quarantaine de voitures prirent le départ de cette première animation de la journée.













…. et par un prompt renfort, nous les vîmes nombreux… arriver à bon port



Dès la venue des premiers rayons d’un soleil encore bien timide, une file compacte de coupés, roadsters, cabriolets ou berlines, issus des chaînes de montage des constructeurs depuis la (presque) naissance de l’automobile aux années 80, s’allongeait et faisait « bouchon » à l’entrée des parcs…


L’emplacement réservé aux cabriolets modernes s’emplissait peu à peu également de Porsche, Maserati et Ferrari de tous types à la grande satisfaction de leurs occupants, constatant que même s’ils n’avaient pas accès au parc des cabriolets anciens, n’étaient pas exclus de la fête. Leurs autos d’aujourd’hui ne deviendront-ils pas les « collectors » de demain et la philosophie consistant à rouler « cheveux au vent » n’est-elle pas identique, quel que soit l’âge de la voiture ?


                                                                                           


Dans une ambiance de fête populaire


Dans le même temps, le sourire revenait sur les lèvres des organisateurs…. La manifestation était sauvée, on allait retrouver l’affluence des années passées…



Une joyeuse ambiance de fête régna tout au long de cette longue journée sur le parc. Parmi les organisateurs, tous membres des VAG, grandement mobilisés, les dames servaient canettes et sandwiches sans un instant de répit, les parqueurs étaient débordés, et au cœur du Village V.A.G, les poussettes avaient du mal à se frayer un chemin entre les tables bondées.



Les commentaires allaient bon train parmi les visiteurs, telle ou telle auto exposée évoquant tant de souvenirs aux quinquas sillonnant les allées, nostalgiques de la période insouciante de leurs 20 ans : « regarde, la même que tonton René ! » ou aussi «en 63 nous descendions sur la côte avec la même Dauphine, entassés avec les frangins sur la banquette arrière » ou encore la voix pleine de regrets : « je rêvais de cette Spit ou de cette MG quand j’étais étudiant… mais je n’ai jamais pu me les payer… » entendions nous çà et là !














Le défilé d’élégance s’installe au coeur de la manifestation..


Tout près du kiosque et des chevaux de bois, une animation toute particulière régnait alors que le commentateur, au fil des allées, décrivait pour les visiteurs, en illustrant son commentaire de nombreuses anecdotes, les véhicules composant le « catalogue » de la manifestation….


Le Défilé d’Élégance, pour la seconde année se mettait en place… Une petite vingtaine d’autos réunies en un plateau assez hétéroclite allaient défiler devant le jury … juste reflet de l’esprit de la manifestation pouvant mettre en valeur à la fois la populaire PEUGEOT 301 de 1935, que sa prestigieuse descendance… la merveilleuse 402 DARL’MAT, dont c’était l’une des premières sorties publiques.














Clin d’œil à l’adjudant chef Truchot, la MEHARI kaki des gendarmes de St Tropez était bien là… avec la « bonne sœur », partageant le tapis rouge avec la minuscule TRABANT 601, l’une des premières à avoir franchi le mur de Berlin lors de sa démolition. 


La FIAT 500 Abarthisée (kitchisée ?) cramoisie au pilote tout juste sorti des années disco mais aussi avec les CHEVROLET CORVETTE, DINO 246 GT, FORD MUSTANG, JAGUAR Type E et rares SUNBEAM RAPIER ou GRAHAM PAIGE Supercharger 1939 "nez de requin", DELAHAYE 135 racing gagnante des 24 h du Mans (dans les années 35), TALBOT DC Sport de 1924,  FORD A Roadster ou FORD T, bien connue des cinéphiles amateurs des « Laurel et Hardy ».
(voir photos du défilé en page accueil )





                     


La RENAULT AX 1912, doyenne de la présentation du jour, fermait la marche du défilé.


Que dire encore de l’originalité de la présentation des équipages des CITROËN TRACTION 15 ou 11 BL, rivalisant de classe dans leurs costumes immaculés.


le jury


Les  juges  (et le public) ne s’y sont pas trompés…. attribuant le Prix Spécial du Jury à l’extraordinaire Peugeot 402 DARL’MAT totalement reconstruite en 5 années depuis le premier écrou par Jean PRESTAIL, esthète de quelques 80 printemps qui nous déclarera avec un brin de nostalgie que ce petit caprice  « sera sa dernière folie ! ». Le 1er prix « avant guerre » revient à Jean Louis et Christiane BRUNET MANQUAT de Coublevie pour la présentation de leur superbe FORD A Roadster de 1931 et le 1er prix pour l’automobile « après guerre » décerné à Colette et Alain TROUILLOT et leur fille (TRACTION 11 légère) qui représentent à eux seuls l’esprit du défilé d’Élégance d’URIAGE et ce que les organisateurs attendent de ses participants : simplicité, gentillesse et convivialité…













LES GAGNANTS














prix spécial du Jury




1er prix "avant guerre"




1er prix "après guerre"





 








D’autres lauréats :


Tandis que les duettistes de l’orchestre de jazz « Double D » égrenaient des airs en parfaite harmonie avec l’âge des autos présentées,
le Jury des Présidents et les experts des Clubs Grenoblois (Ch. Simonetti, G. Bortolato, A. Gibant et E. Monange) se concertaient pour élire sur le parc les plus beaux cabriolets. A l’issue d’un débat animé, pour ne pas dire cornélien, les 3 prix furent décernés respectivement pour l’avant guerre à la Georges IRAT des années 35 qui arborait la fort modeste inscription « voiture de l’élite !!! », et paradoxalement, au faux…. cabriolet sur base de Citroën Rosalie 15 Cv AL de Jean François Veillard, membre du Club La Manivelle venu en voisin de Chambéry…. L’après guerre était dignement représenté par le superbe Cabriolet PORSCHE 356 de Guy Boero, dont c’était la seconde distinction.


































1- CHEVROLET CORVETTE - 19782 - MEHARI - 1974

3 - TRABANT CABRIOLET 601 - 1973

4 - FERRARI DINO 246 GT - 1972

5 - FIAT 500 R2PLIQUE Abarth - 1971

6 - JAGUAR TYPE E - 1970


URIAGE CABRIOLET ‘Classic’ 2008



à laquelle plus de 500 participants ont exposé
leurs belles anciennes aux chromes rutilants
devant plus de 5000 visiteurs venus chercher un peu de rêve


ce Dimanche 18 mai 2008


lors de cette journée exceptionnelle clôturée par  le


 Défilé d'Elégance


ou 19 concurrents ont présenté leurs magnifiques autos



 dans le cadre du parc des Thermes ...




7 - FORD MUSTANG CABRIOLET - 19668 - CHEVROLET CORVETTE CABRIOLET -1961

9 - SUNBEAM RAPIER III -1959

10 - CITROEN TRACTION 15 - 1951

11 - CITROEN TRACTION 11 BL - 1950

12 - GRAHAM PAIGE MODEL 97 - 1938













14 - PEUGEOT 301 - 1935

15 - DELAHAYE 135 RACING - 1935

19 - RENAULT AX -1912




13 - 402 PEUGEOT DARL'MAT - 1936

16 - FORD TYPE A ROADSTER - 1931

17 - TALBOT DC SPORT - 1924

18 - FORD T - 1917

Quand la passion rime avec convivialité et partage


Dans le milieu de l’après midi, de vilains nuages noirs passèrent et s’esquivèrent rapidement, comme s’ils s’excusaient de leur intrusion au cœur de la fête… et c’est sous un soleil radieux que le rideau se referma sur cette grande fête à laquelle le Club des Véhicules Anciens de Grenoble, depuis 9 ans, convie tous les passionnés de belles autos, collectionneurs désireux de partager leur passion avec les visiteurs à la recherche d’un moment de rêve.


A une époque où ne subsistent que des moyens de locomotion aseptisés, sans âme ni charme particulier à l’électronique omniprésente, où l’automobiliste est l’objet de toutes les contraintes imposées par une réglementation outrageusement sécuritaire, vivre pleinement cette concentration où l’image de la voiture plaisir est pleinement réhabilitée, ne contribue t’il pas au bonheur ?


Les organisateurs d’URIAGE CABRIOLET ‘Classic’ et les partenaires du Club des Véhicules Anciens de Grenoble (cliquer sur les logos insérés en bas de page) vous donnent rendez vous au mois de Mai 2009 pour le Xème anniversaire de la Grande Fête du cabriolet et de la Voiture Ancienne….












Les dames du "Bistrot des VAG"
      de gauche à droite :
Isabelle Durand-Falcoz (directrice de l'office du tourisme d'Uriage)
Eric Monange (président du club VAG)
Bruno Murienne (maire de Saint-Martin d'Uriage)
Philippe Chetail (chargé de communication club VAG)


Philippe Chetail
(crédit photos: Christian Curtil, Babeth Monange, BP, Jensen)



Hey, like this? Why not share it with a buddy?

Related Posts